AGRIBIO DRONE

Drones Agricoles en France (Provence & Champagne, Occitanie et Vallée du RhÎne, Bourgogne ...)

Comment choisir son drone agricole ?

Bien que la réglementation aérienne et agricole en France soit assez stricte et impose certaines limites à l'expansion du marché des drones agricoles, force est de constater que l'utilisation de drones gros porteurs dans les exploitations agricoles est en constante augmentation

Face à cette diversité de besoins et d'applications, nos clients présentent des profils variés. C'est pourquoi nous les accompagnons dans le choix de leur vecteur aérien, en fonction de leurs objectifs et de leurs contraintes.

Bien que la rĂ©glementation aĂ©rienne et agricole en France soit assez stricte et impose certaines limites Ă  l’expansion du marchĂ© des drones agricoles, force est de constater que l’utilisation de drones gros porteurs dans les exploitations agricoles est en constante augmentation. Ces appareils volants sont de plus en plus sollicitĂ©s pour diverses tĂąches, telles que le largage de trichogrammes, une mĂ©thode de lutte biologique contre les ravageurs, le blanchiment de serres pour rĂ©guler la tempĂ©rature et la lumiĂšre, le semis Ă  la volĂ©e pour une agriculture de prĂ©cision, et la pulvĂ©risation de prĂ©parations naturelles peu prĂ©occupantes (PNPP) sur des vergers et des vignobles. Les PNPP, qui ne sont pas des produits phytopharmaceutiques et ne nĂ©cessitent donc pas d’autorisation de mise sur le marchĂ© (AMM), sont de plus en plus prisĂ©es pour leur impact environnemental rĂ©duit.
Face Ă  cette diversitĂ© de besoins et d’applications, nos clients prĂ©sentent des profils variĂ©s. C’est pourquoi nous les accompagnons dans le choix de leur vecteur aĂ©rien, en fonction de leurs objectifs et de leurs contraintes. Certains d’entre eux souhaitent rĂ©aliser en interne des opĂ©rations de drones agricoles, tandis que d’autres prĂ©fĂšrent faire appel Ă  des prestations de services. Dans tous les cas, nous mettons notre expertise Ă  leur disposition pour les aider Ă  tirer le meilleur parti de cette technologie prometteuse, tout en respectant les rĂ©glementations en vigueur.

CapacitĂ© d’emport / charge utile

Lorsqu’il s’agit de choisir un drone pour une utilisation agricole, la charge utile est un facteur clĂ© Ă  prendre en compte. En effet, c’est elle qui dĂ©terminera les types d’applications que vous serez en mesure de rĂ©aliser, ainsi que le volume de solution (liquide ou solide) que vous pourrez apporter sur les parcelles. Tout d’abord, il convient de dĂ©finir les types d’applications que vous souhaitez rĂ©aliser avec votre drone. Selon les cas, vous aurez besoin d’un appareil capable de transporter une charge utile plus ou moins importante. Par exemple, si vous souhaitez rĂ©aliser des pulvĂ©risations de produits phytosanitaires, vous aurez besoin d’un drone capable de transporter une cuve de plusieurs litres, ainsi que d’un systĂšme de pulvĂ©risation adaptĂ©. En revanche, si vous souhaitez rĂ©aliser des observations aĂ©riennes ou des relevĂ©s topographiques, une charge utile plus lĂ©gĂšre sera suffisante. Ensuite, il est important de dĂ©terminer le volume de solution que vous allez apporter sur les parcelles. Selon les cultures et les traitements Ă  rĂ©aliser, les doses peuvent varier considĂ©rablement. Il est donc essentiel de choisir un drone capable de transporter la quantitĂ© de produit nĂ©cessaire pour couvrir la surface Ă  traiter, tout en respectant les rĂ©glementations en vigueur.

Pulvérisation

Lorsqu’il s’agit d’applications liquides dans le domaine de l’agriculture, il existe une grande variĂ©tĂ© de cas de figure Ă  prendre en compte. En effet, selon les types de cultures, les traitements Ă  rĂ©aliser et les mĂ©thodes d’application, les quantitĂ©s de produits nĂ©cessaires peuvent varier considĂ©rablement. Par exemple, dans le cas du blanchiment de serres, les volumes de solution Ă  apporter peuvent rapidement atteindre des ordres de grandeur au millier de litres par hectare. Cette application consiste Ă  pulvĂ©riser un mĂ©lange d’eau et de « blanc » technique sur les parois des serres, afin de rĂ©duire la luminositĂ© et de rĂ©guler la tempĂ©rature. Pour couvrir une surface importante, il est donc nĂ©cessaire de disposer d’un drone capable de transporter une cuve de grande capacitĂ©. D’un autre cĂŽtĂ©, pour la pulvĂ©risation de produits tels que le lifofer, qui est un engrais foliaire Ă  base de fer, les quantitĂ©s nĂ©cessaires sont gĂ©nĂ©ralement plus faibles, de l’ordre de 50 litres par hectare. Dans ce cas, un drone de taille moyenne, Ă©quipĂ© d’une cuve adaptĂ©e, peut suffire pour rĂ©aliser les traitements nĂ©cessaires. Il convient Ă©galement de noter que certaines applications, telles que l’application de cuivre (tous les PPP UAB) ne sont plus autorisĂ©es en France en raison de leur impact environnemental par voie aĂ©rienne. Auparavant, les doses recommandĂ©es pour ce type de traitement Ă©taient de l’ordre de 150 litres par hectare.

Semi à la volée

Pour rĂ©ussir les semis Ă  la volĂ©e par drone, il est essentiel de choisir le drone et le systĂšme de semis adaptĂ©s en fonction des cultures et des mĂ©thodes de semis. Les quantitĂ©s de semences nĂ©cessaires peuvent varier considĂ©rablement, il est donc important de choisir un drone capable de transporter la quantitĂ© nĂ©cessaire tout en respectant les rĂ©glementations en vigueur. Les systĂšmes de semis Ă  la volĂ©e permettent de rĂ©partir les semences de maniĂšre uniforme sur la surface Ă  semer. Il est Ă©galement important de prendre en compte d’autres facteurs tels que l’autonomie de vol, la facilitĂ© d’utilisation et la rĂ©sistance aux intempĂ©ries. Les semis Ă  la volĂ©e par drone peuvent offrir de nombreux avantages pour les agriculteurs, Ă  condition de choisir le bon Ă©quipement et de respecter les rĂ©glementations en vigueur.

Cartographie / Arpentage

La tĂ©lĂ©dĂ©tection multispectrale est une technique qui permet d’Ă©valuer la santĂ© et la vigueur des cultures en capturant des images dans diffĂ©rentes longueurs d’onde du spectre Ă©lectromagnĂ©tique. À partir de ces donnĂ©es, il est possible de calculer diffĂ©rents indices qui fournissent des informations sur la biomasse, la chlorophylle, le stress hydrique et la nutrition des plantes. Les indices les plus couramment utilisĂ©s sont le NDVI (Normalized Difference Vegetation Index), le GNDVI (Green Normalized Difference Vegetation Index), le SAVI (Soil-Adjusted Vegetation Index) et le REIP (Red Edge Inflection Point). Chacun de ces indices est calculĂ© Ă  partir de combinaisons diffĂ©rentes de bandes spectrales et fournit des informations spĂ©cifiques sur les cultures. La cartographie multispectrale est utilisĂ©e dans diffĂ©rentes filiĂšres agricoles pour optimiser la gestion des cultures. En identifiant les zones de stress hydrique, de carences nutritionnelles ou de maladies, les agriculteurs peuvent prendre des mesures ciblĂ©es pour amĂ©liorer la santĂ© des plantes et augmenter les rendements. Les cartes multispectrales peuvent Ă©galement ĂȘtre utilisĂ©es pour planifier les interventions culturales, telles que la fertilisation ou l’irrigation, en fonction des besoins rĂ©els des plantes. La sociĂ©tĂ© Agribio Drone propose des prestations de cartographie multispectrale pour les agriculteurs, les coopĂ©ratives et les nĂ©goces agricoles. Les prestations comprennent la capture des images multispectrales, le traitement des donnĂ©es et la production de cartes d’indices vĂ©gĂ©tation. Les cartes peuvent ĂȘtre fournies sous diffĂ©rents formats, tels que des fichiers GeoTIFF ou des cartes interactives en ligne. Pour effectuer des cartes de vigueurs par drones, il faut « dĂ©rouler la chaussette » et vĂ©rifier en amont ce que vous souhaiter calculer / capter. Si par exemple vous souhaitez effectuer des mesures avec l’indice BNDVI, alors vous avez besoin des longueurs d’ondes suivantes : NIR et BLEU. Si votre drone ou drone + charge utile n’a pas de bleu dans ses longueurs d’ondes alors vous ne pourrez pas faire de cartes BNDVI. C’est le cas pour le Mavic 3 Multispectral : la longueur d’onde bleu n’est pas prĂ©sente.

Pour les drones d’épandage, quelle marque choisir ?

XAG, DJI, EFT ?

Les drones agricoles sont de plus en plus populaires dans l’industrie agricole en raison de leur capacitĂ© Ă  optimiser l’application de produits chimiques, Ă  planter des semences et Ă  surveiller les cultures. Les entreprises chinoises telles qu’Effort Tech, XAG et DJI sont Ă  la pointe de l’innovation dans ce domaine. Les drones agricoles sont Ă©quipĂ©s de systĂšmes de pulvĂ©risation Ă  haute prĂ©cision, de camĂ©ras multispectrales et de capteurs de dĂ©bit d’air pour optimiser l’application de produits chimiques. Les agriculteurs peuvent Ă©galement utiliser des drones pour planter des semences et surveiller l’Ă©tat de leurs cultures en temps rĂ©el. Les entreprises proposent Ă©galement des services de formation et de maintenance pour aider les agriculteurs Ă  tirer le meilleur parti de leurs drones.
XAG
DJI
EFT

Quid des pompes et buses ?

Les pompes Ă  membrane et les pompes pĂ©ristaltiques sont deux types de pompes couramment utilisĂ©es dans diverses applications industrielles. Bien qu’elles fonctionnent de maniĂšre diffĂ©rente, elles partagent un principe commun de fonctionnement basĂ© sur la crĂ©ation d’une pression pour dĂ©placer un fluide Ă  travers un systĂšme.
Dans une pompe Ă  membrane, le fluide est dĂ©placĂ© Ă  travers la pompe en utilisant une membrane flexible qui se dĂ©place vers l’avant et vers l’arriĂšre. À chaque coup de membrane, un volume spĂ©cifique de fluide est dĂ©placĂ© Ă  travers la pompe et dĂ©livrĂ© vers l’installation. La quantitĂ© de fluide dĂ©placĂ© Ă  chaque coup de membrane est appelĂ©e pulsation. Le dĂ©bit de la pompe peut ĂȘtre ajustĂ© en modifiant la frĂ©quence des coups de membrane.
D’un autre cĂŽtĂ©, les pompes pĂ©ristaltiques fonctionnent en utilisant un rotor Ă©quipĂ© de rouleaux qui compriment un tube flexible Ă  l’intĂ©rieur de la pompe. À mesure que le rotor tourne, les rouleaux compriment le tube Ă  deux endroits diffĂ©rents, crĂ©ant ainsi deux zones de vide qui aspirent le fluide dans la pompe. Lorsque les rouleaux se dĂ©placent, le fluide est poussĂ© Ă  travers la pompe et dĂ©livrĂ© vers l’installation. Comme la pompe Ă  membrane, la quantitĂ© de fluide dĂ©placĂ© Ă  chaque tour de rotor est appelĂ©e pulsation. Cependant, contrairement Ă  la pompe Ă  membrane, les pompes pĂ©ristaltiques dĂ©livrent deux pulsations par tour de rotor.
Les pompes Ă  pistons sont des dispositifs couramment utilisĂ©s dans diverses applications industrielles pour transfĂ©rer des fluides d’un point Ă  un autre. Les pompes Ă  pistons peuvent avoir diffĂ©rents nombres de pistons, chacun ayant des avantages et des inconvĂ©nients en fonction de l’application pour laquelle elles sont utilisĂ©es.
Les pompes Ă  pistons avec 3 ou 4 pistons sont souvent utilisĂ©es dans les applications nĂ©cessitant un dĂ©bit Ă©levĂ© et une pression constante. Les pompes Ă  3 pistons sont gĂ©nĂ©ralement utilisĂ©es dans les systĂšmes de pulvĂ©risation de produits chimiques, tandis que les pompes Ă  4 pistons sont utilisĂ©es dans les applications de transfert de carburant et d’huile.
Dans une pompe Ă  pistons avec 3 ou 4 pistons, chaque piston se dĂ©place dans un cylindre sĂ©parĂ©. Chaque piston est entraĂźnĂ© par un arbre Ă  cames qui contrĂŽle la course du piston. Lorsque les pistons se dĂ©placent dans les cylindres, ils crĂ©ent une pression qui dĂ©place le fluide Ă  travers le systĂšme. Le fluide est aspirĂ© dans la pompe par l’intermĂ©diaire d’une valve d’admission et est expulsĂ© par l’intermĂ©diaire d’une valve de refoulement.
Les pompes Ă  pistons avec 3 ou 4 pistons sont souvent utilisĂ©es dans les applications nĂ©cessitant un dĂ©bit Ă©levĂ© et une pression constante. Les pompes Ă  3 pistons sont gĂ©nĂ©ralement utilisĂ©es dans les systĂšmes de pulvĂ©risation de produits chimiques, tandis que les pompes Ă  4 pistons sont utilisĂ©es dans les applications de transfert de carburant et d’huile. Les pompes Ă  4 pistons sont souvent plus coĂ»teuses que les pompes Ă  3 pistons, mais offrent une durĂ©e de vie plus longue et une plus grande fiabilitĂ©.
Pour les buses, tout dépend des tailles de gouttes attendues. Pour cela, rien de mieux que de se reporter aux fiches techniques des produits et des catalogues de buses (Biodynamie, buses bas volume)

On m’a parlĂ© de coupe-circuit ?

Le guide de mise en Ɠuvre SORA (Specific Operational Risk Assessment) publiĂ© par le MinistĂšre de la Transition Écologique et Solidaire fournit des lignes directrices pour l’Ă©valuation des risques liĂ©s Ă  l’utilisation de drones dans des opĂ©rations aĂ©riennes spĂ©cialisĂ©es. Les drones hors scĂ©narios français et europĂ©ens nĂ©cessitent une analyse de risque SORA/PDRA (Pre-Defined Risk Assessment) et doivent obtenir une autorisation d’exploitation.
Le guide recommande la prĂ©sence d’un systĂšme de coupe-circuit pour les drones utilisĂ©s dans des opĂ©rations aĂ©riennes spĂ©cialisĂ©es. Ce systĂšme doit ĂȘtre conçu pour interrompre l’alimentation Ă©lectrique du drone en cas de dysfonctionnement ou de perte de contrĂŽle. Le systĂšme de coupe-circuit (par exemple de norme MoC 2511 Light-UAS-2511-01) peut ĂȘtre activĂ© manuellement par l’opĂ©rateur ou automatiquement en cas de dĂ©faillance du systĂšme.
Le guide prĂ©cise que le systĂšme de coupe-circuit doit ĂȘtre conçu pour minimiser les risques pour les personnes et les biens au sol en cas de panne ou de perte de contrĂŽle du drone. Le systĂšme doit Ă©galement ĂȘtre testĂ© rĂ©guliĂšrement pour s’assurer qu’il fonctionne correctement.
Il est possible que vous soyez aidé pour réaliser ces analyses de risques SORA / PDRA par des experts de la réglementation aérienne et des aéronefs sans personnes à bord. Nous pouvons vous mettre en relation avec des partenaires pour cela.

Quelle réglementation pour les drones agricoles ?

Analyse de risque SORA pour les drones > 25kg

Les drones agricoles de plus de 25 kg au dĂ©collage sont soumis Ă  une rĂ©glementation stricte en matiĂšre de sĂ©curitĂ© aĂ©rienne. Les exploitants de ces drones doivent effectuer une analyse de risques spĂ©cifique, appelĂ©e SORA (Specific Operational Risk Assessment), pour Ă©valuer les risques liĂ©s Ă  leurs opĂ©rations. La SORA est une mĂ©thodologie d’Ă©valuation des risques qui permet de dĂ©terminer les mesures de sĂ©curitĂ© appropriĂ©es pour une opĂ©ration donnĂ©e. Elle prend en compte diffĂ©rents facteurs, tels que la nature de l’opĂ©ration, les caractĂ©ristiques du drone, l’environnement de vol et les procĂ©dures d’urgence. L’analyse de risques SORA est obligatoire pour les drones supĂ©rieurs Ă  25 kg au dĂ©collage, conformĂ©ment Ă  la rĂ©glementation europĂ©enne sur les drones. Cette analyse doit ĂȘtre effectuĂ©e avant chaque vol et doit ĂȘtre mise Ă  jour rĂ©guliĂšrement en fonction des changements dans les opĂ©rations. La SORA permet de dĂ©terminer les mesures de sĂ©curitĂ© appropriĂ©es pour une opĂ©ration donnĂ©e, telles que la hauteur maximale de vol, la distance minimale par rapport aux personnes et aux bĂątiments, et les procĂ©dures d’urgence en cas de panne ou de perte de contrĂŽle du drone.

Usage de PPP avec AMM interdit en France

En France, l’utilisation de drones pour l’application de produits phytopharmaceutiques est encadrĂ©e par une rĂ©glementation stricte. Depuis le 1er janvier 2021, l’application de PPP avec AMM est interdite par voie aĂ©rienne, sauf dĂ©rogation. Cette interdiction vise Ă  protĂ©ger l’environnement et la santĂ© publique. La loi française prĂ©voit des dĂ©rogations pour l’utilisation de drones dans l’application de PPP, mais ces dĂ©rogations sont soumises Ă  des conditions strictes. Les exploitants de drones doivent obtenir une autorisation prĂ©alable de la part des autoritĂ©s compĂ©tentes, qui Ă©valuent les risques liĂ©s Ă  l’opĂ©ration et dĂ©terminent les mesures de sĂ©curitĂ© appropriĂ©es. Les dĂ©rogations peuvent ĂȘtre accordĂ©es pour des situations spĂ©cifiques, telles que la lutte contre les organismes nuisibles, la protection des cultures ou la recherche scientifique. Cependant, ces dĂ©rogations sont soumises Ă  des conditions strictes, telles que l’utilisation de produits phytopharmaceutiques autorisĂ©s pour une utilisation en agriculture biologique, la rĂ©alisation d’une analyse de risques spĂ©cifique et la mise en place de mesures de sĂ©curitĂ© appropriĂ©es. Le SĂ©nat avait votĂ© en faveur de la rĂ©alisation d’essais (23.05.2023) pour l’utilisation de drones dans l’application de produits phytopharmaceutiques, mais cette proposition n’a pas Ă©tĂ© soumise au vote de l’AssemblĂ©e nationale. Le ministĂšre de l’Agriculture et de l’Alimentation n’a pas non plus pris de dĂ©cision sur cette question. Bien que des essais soient rĂ©alisĂ©s dans certains pays, il est important de noter que ces essais ne sont pas des prestations commerciales. Les essais sont rĂ©alisĂ©s dans des conditions contrĂŽlĂ©es pour Ă©valuer l’efficacitĂ© et la sĂ©curitĂ© de l’utilisation de drones pour l’application de produits phytopharmaceutiques. L’utilisation de drones pour l’application de produits phytopharmaceutiques avec AMM est interdite en France, sauf dĂ©rogation. Bien que le SĂ©nat ait votĂ© en faveur de la rĂ©alisation d’essais, cette proposition n’a pas Ă©tĂ© soumise au vote de l’AssemblĂ©e nationale et le ministĂšre de l’Agriculture et de l’Alimentation n’a pas pris de dĂ©cision sur cette question. Les essais rĂ©alisĂ©s dans certains pays ne sont pas des prestations commerciales et sont rĂ©alisĂ©s dans des conditions contrĂŽlĂ©es pour Ă©valuer l’efficacitĂ© et la sĂ©curitĂ© de l’utilisation de drones pour l’application de produits phytopharmaceutiques.
Le choix d’un drone agricole dĂ©pend de nombreux facteurs tels que la capacitĂ© d’emport, la charge utile, la rĂ©glementation en vigueur, le type d’application et les caractĂ©ristiques du terrain. AGRIBIO DRONE peut vous accompagner dans le choix de votre drone agricole en fonction de vos besoins et de vos contraintes, tout en respectant les rĂ©glementations en vigueur. N’hĂ©sitez pas Ă  nous contacter pour plus d’informations.

Contactez-nous